Une diva triste, éclairée par son écran d’ordinateur, donne un show solitaire.

Faux départ évoque notre rapport solitaire face à la machine. Chanter pour soi, la dalle lumineuse comme public. S’offrir, le temps d’une musique, un micro drama. Les paroles défilent mais la voix ne sort pas.